Le mouton Charollais

Histoire & Elevage

L’agneau charollais à travers l’histoire

L’agneau charollais est le fruit d’une sélection économique de sa région d’origine.

A la fin du 18ème siècle, la région s’étendant du massif du Morvan aux vallons Charolais et à la plaine de la Bresse, comptait une population ovine variée, la « Morvandelle ». Son principal débouché était l’approvisionnement de la région parisienne en viande ovine.

Avec l’essor de l’industrie lainière, les éleveurs ont cherché à améliorer la qualité de la laine, par des importations de moutons de race « Mérinos », qui ne furent cependant pas croisés avec ces populations locales.

Vers 1820, les difficultés de l’industrie lainière ont incité les éleveurs à se tourner à nouveau vers la production de viande. L’importation de reproducteurs « Dishley » et leur croisement avec le cheptel local ont permis de produire un mouton plus homogène. La race « Mouton Charollais », également connue sous nom de « Mouton de Pays », était née.  


Un élevage traditionnel et naturel

Après 5 mois de gestation, les agneaux naissent en bergerie de février à avril.

Durant les 2 premiers mois de leur vie, ils sont élevés sous la mère ; leur alimentation est donc essentiellement lactée. Au printemps, dès la première pousse d’herbe, les brebis et leurs petits sont mis au pâturage.

Après leur sevrage, quel que soit leur mode d’élevage (à l’herbe ou en bergerie), les agneaux charollais reçoivent toujours une alimentation à base d’herbe.

Pendant les 2 mois qui suivent son sevrage, un agneau aura consommé près de 4 ares de pâturage et entre 30 et 50 kg de céréales diverses.

Les agneaux sont commercialisés vers l’âge de 4 à 5 mois, et pèsent de 35 à 40 kg vifs. Un agneau fini en bergerie consomme de 50 à 60 kg de fourrages : foin, paille avec un complément à base de céréales.   



Liens




Facebook
Route Centre Europe Atlantique
Sortie 12
71120 CHAROLLES
03.85.88.04.00 Contactez-nous